Le Portier de la gare Windsor
Parution : 2011
136 pages

Version papier : ISBN 9782890242210 – 27,00 $
Où acheter ce livre?

Le Portier de la gare Windsor

Préface de Javier Alfonso.
Collection «Théâtre»
Le présent livre est le résultat de plusieurs années d'un travail singulier de la part de l'auteure Julie Vincent et du photographe François-Régis Fournier. Chacun à sa manière a voulu connaître et faire connaître, rencontrer et faire se rencontrer ces deux extrémités de l'Amérique : l'Uruguay et le Québec. Passion et révolution, richesse et pauvreté, passé et présent, tels sont les éléments de cette pièce où le portrait d'un architecte se dévoile peu à peu au gré des souvenirs qui le hantent, fracassant les frontières entre Montréal et Montevideo, entre l'exil forcé du Sud et l'itinérance du Nord.

La pièce Le Portier de la gare Windsor a été créée à Montréal en 2010, à la salle Fred-Barry du Théâtre Denise-Pelletier, par la Compagnie de théâtre Singulier Pluriel ; traduite en espagnol par Marta Huertas, elle fut mise en lecture en 2008 dans sa version originale à Montevideo ; en 2010, elle fut jouée à Buenos Aires, dans une adaptation en conte théâtral (El Portero de la Estacion Windsor) de Blanca Herrera : une coproduction de Singulier Pluriel et de Casa de Letras.

Texte accompagné des photos de François-Régis Fournier, préfacé par le journaliste culturel uruguayen Javier Alfonso.

Échos des médias

« Le Portier de la gare Windsor, un magnifique chassé-croisé en forme d'effet miroir entre le passé engagé de la société québécoise et celui d'un architecte de Montevideo obligé de fuir son pays […...]. »
Nathalie Petrowski, La Presse

« “Rares et précieux sont les regards étrangers posés sur notre petit pays, dit le chroniqueur Javier Alfonso du texte de Julie Vincent. L'Uruguay est coincé entre le Brésil et l'Argentine, comme le Québec entre le Canada anglais et les États-Unis. Des parallèles existent, que Julie éclaire en nous faisant réfléchir sur notre identité.” De fait, ce Portier de la gare Windsor [...…] est un pont entre deux rives, des frontières fracassées, des continents rapprochés. »
Odile Tremblay, Le Devoir

« [...…] il se dégage de l'ensemble un caractère étonnant, une force reliée à l'étrangeté du lien entre la gare Windsor et celle de Montevideo ; à ce langage scénique, aussi, où la poésie joue un rôle concret. Singulier Pluriel est désormais une compagnie qu'il faudra suivre d'un peu plus près. »
Michel Bélair, Le Devoir

Voir aussi

Un « reel » ben beau, ben triste

Un « reel » ben beau, ben triste

Collection «Théâtre»
158 pages
Parution : 1994
19,95 $
Les Hivers de grâce de Henry David Thoreau

Les Hivers de grâce de Henry David Thoreau

Collection «Théâtre»
80 pages
Parution : 2014
20,00 $
La Terre est trop courte, Violette Leduc

La Terre est trop courte, Violette Leduc

Collection «Théâtre»
158 pages
Parution : 1982
8,95 $

Vos commentaires

Il n’y a encore aucun commentaire. Soyez le premier à vous exprimer!

Votre commentaire

Veillez à demeurer respectueux et à rédiger votre commentaire en bon français. Nous nous réservons le droit de modérer les contributions que nous jugerons inappropriées ou non pertinentes.